«Je n´ai pas peur de vous, je n´ai rien à ajouter»

«Je n´ai pas peur de vous, je n´ai rien à ajouter»

Salah Abdeslam est apparu pour la première fois en public lundi au tribunal de Bruxelles. Extraits des rares moments où il s'est exprimé.

«Je n'ai pas peur de vous, je place ma confiance en Allah!» Salah Abdeslam, seul membre encore vivant des commandos djihadistes de novembre 2015 à Paris, a refusé de répondre et défié la justice lundi à l'ouverture de son procès à Bruxelles dans un autre dossier.

Encadré par deux colosses de la police belge, Salah Abdeslam est apparu pour la première fois en public lundi au tribunal de Bruxelles.

Voix fluette, barbe touffue et cheveux gominés, il a décliné les questions et lancé une tirade de défi au nom d'Allah.

 

Démenotté, il se recoiffe

Le suspect-clé des attentats de novembre 2015 à Paris a l'oeil noir et les sourcils froncés quand il pénètre dans la salle, sans un regard pour l'assistance. Démenotté, il se recoiffe vers l'arrière d'un geste des deux mains et s'assoit.

L'assemblée, elle, reste debout, les yeux rivés sur le prévenu, ex-ennemi public numéro un, jugé non pas pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris mais pour une fusillade avec des policiers à la fin de sa cavale en mars 2016.

L'homme de 28 ans qui était à l'époque le plus recherché d'Europe, dont le visage s'est imprimé sur les télévisions du monde entier, semble désormais occupé à fixer le vide.

 

«Je ne souhaite pas répondre»

Il porte une veste gris clair, une chemise blanche, un pantalon noir et des chaussures de ville marron, un effort vestimentaire qui contraste avec le survêtement de son coprévenu, Sofiane Ayari. Ses cheveux, rabattus vers l'arrière et couverts de gel, ont poussé depuis 2015. Sa barbe aussi.

La présidente Marie-France Keutgen l'invite à se lever. Il refuse.

 

  • «Je ne souhaite pas répondre», bredouille-t-il d'une voix faible.
  • «Au moins les questions sur votre identité ?», tente-t-elle.
  • «Je ne souhaite pas répondre aux questions», répète-t-il à nouveau, avant de se murer dans le silence.

Il écoute, imperturbable, sans aucune réaction, les longues minutes de témoignage de son complice. Il se mouche parfois ou se retourne, plus rarement, pour échanger avec son avocat. Mais jamais il ne donne l'impression d'écouter les débats.

 

Vient le moment de son audition. La présidente du tribunal retente sa chance.

 

  • «Je n'ai pas envie de répondre, je suis fatigué !», lui lance-t-il, toujours assis, la voix cette fois teintée d'agressivité. 
  • «Vous avez souhaité être présent aujourd'hui: est-ce que vous accepterez de répondre à des questions ?», insiste-t-elle.
  • «Je le répète: Je ne souhaite répondre à aucune question».
  • Pourquoi, dès lors, avoir souhaité être là ? La question le fait sortir de ses gonds.
  • «On m'a demandé de venir, je suis venu, tout simplement», répond-t-il. «Mon silence ne fait pas de moi un criminel ni un coupable».

 

Puis il se lance dans une tirade qui semble préparée, mais émaillées de propos confus:

  • «Il y a des preuves dans cette affaire, des preuves tangibles, scientifiques, j'aimerais que ce soit sur ça qu'on se base et qu'on ne se base pas, qu'on n'agisse pas pour satisfaire l'opinion publique».
  • «Ce que je constate, c'est que les musulmans sont jugés, traités de la pire des manières, impitoyablement, il n'y a pas de présomption d'innocence», affirme Abdeslam. 
  • «Maintenant, jugez-moi, faites ce que vous voulez de moi, moi c'est en mon Seigneur que je place ma confiance».
  • «Je n'ai pas peur de vous, je n'ai pas peur de vos alliés, de vos associés, je place ma confiance en Allah et c'est tout».

Il récite aussi la chahada, la profession de foi musulmane, devant l'assemblée stupéfaite. «Le tribunal prend acte de votre réponse», conclut la présidente, avant de suspendre l'audience.

Salah Abdeslam a parlé. Menotté, il repart en cellule, toujours escorté par les deux hommes de la police fédérale, armés et cagoulés, qui ne l'ont jamais lâché des yeux.

 

 

Source: 20 Minutes