Radio Positive Suisse | «Une fenêtre historique pour l´action féministe»
«Une fenêtre historique pour l´action féministe»

«Une fenêtre historique pour l´action féministe»

La Journée internationale des droits des femmes sera l’occasion de nombreuses actions en Suisse aujourd’hui. Plusieurs textes seront déposés dans les cantons et à Berne.

«On est dans une fenêtre politique historique pour le féminisme.» Comme Ada Marra (PS/VD), beaucoup observent que l’affaire Weinstein et le mouvement de libération de la parole des femmes qui a suivi donnent cette année une résonance particulière à la Journée internationale des droits des femmes.

Le renvoi en commission de la loi sur l’égalité, la semaine dernière au Conseil des Etats, a accru la colère de nombreuses Suissesses, qui comptent bien profiter de l’actualité. L’élue a d'ailleurs publié sur les réseaux sociaux la liste des élus qui se sont opposés à la loi sur l’égalité, assortie du hashtag #balancetonpoliticien.

 

Des actions politiques dans tout le pays

Outre des manifestations probablement colorées de rouge, plusieurs actions pullulent aujourd’hui dans tout le pays. Au niveau fédéral, plusieurs interventions en lien avec l’égalité seront déposées au Parlement: éducation, fiscalité, assurances sociales, ou encore politique familiale vont être abordées. Dans le Jura, le syndicat Unia déposera une initiative cantonale sur l’égalité salariale. 

A Genève, des élus proposeront plusieurs pistes, comme l’activation du droit cantonal d’initiative, afin d’accélérer la mise en place d’un système contraignant d’égalité salariale. Des textes portés par la gauche, même si la droite est aussi invitée à les soutenir: «la question dépasse les clivages politiques», a souligné la socialiste Amanda Gavilanes.

En Suisse romande, des organisations féministes, syndicats et partis de gauche comme solidaritéS tiendront un stand d'informations sur la place Saint-Laurent, à Lausanne. Ils y répondront aux questions touchant les femmes au travail. Dans plusieurs gares, le PLR vaudois a également voulu montrer que le centre droit s'engage aussi ce 8 mars. Plusieurs membres du parti, dont un conseiller municipal lausannois, ont distribué des tracts pour pousser les femmes à se lancer en politique.

 

«Le féminisme n'est pas un gros mot»

«On ne va pas réinventer la roue, tous les enjeux sont sur la table, poursuit Ada Marra. Maintenant, il faut en remettre une couche, remobiliser les jeunes femmes, et leur rappeler que le féminisme n’est pas un gros mot.»

 

 

Source: 20 Minutes