«La ville semblait en état de guerre»

«La ville semblait en état de guerre»

L'ouragan, qualifié par les experts de «zombie», car il errait au-dessus des eaux de l'océan Atlantique depuis le 23 septembre, a frappé le continent au nord de Lisbonne peu après 23 heures samedi soir.

La tempête Leslie a frappé le Portugal avec des vents record de 176 km heure, arrachant des arbres et privant temporairement d'électricité des centaines de milliers de personnes, avant de baisser d'intensité dimanche dans le nord de l'Espagne.

L'ouragan qui errait sur l'océan Atlantique depuis le 23 septembre s'est transformé en tempête post-tropicale à son arrivée sur les côtes portugaises dans la nuit de samedi à dimanche.

Une rafale de vent de 176 km heure enregistrée près de Figueira da Foz (centre) a établi un nouveau record historique pour le Portugal, a annoncé l'institut météorologique national.

Sur les 324'000 personnes ayant subi des coupures d'électricité, environ le tiers attendaient toujours que le courant soit rétabli, a indiqué la compagnie d'électricité EDP dans l'après-midi.

«Le plus grand danger est passé. Le phénomène a surtout affecté les régions du littoral centre et nord du pays», a déclaré dimanche matin à la presse le commandant de la protection civile portugaise, Luis Belo Costa.

Selon le dernier bilan officiel, ces intempéries ont fait 28 blessés sans gravité et une soixantaine de personnes ont dû être relogées. Près de 2500 incidents ont été signalés, en majorité provoqués par des arbres arrachés ou des toitures endommagées par la violence du vent.

Une personne a trouvé la mort écrasée par un arbre à Montemor-o-Velho (centre), a indiqué une source de la mairie locale à l'agence de presse Lusa. Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la protection civile n'a pas pu confirmer cette information.

 

«Une nuit horrible»

Alors que les prévisions météorologiques plaçaient la région de Lisbonne sur la trajectoire de la tempête, Leslie a finalement touché terre plus au nord, frappant le plus sévèrement les districts de Coimbra et Leiria (centre).

A Figueira da Foz, principale ville côtière de la région de Coimbra située à environ 200 km au nord de Lisbonne, la population a vécu des moments de panique.

«Je n'avais jamais vu une chose pareille. La ville semblait en état de guerre, avec des voitures écrasées par des arbres tombés. Les gens étaient très inquiets», a décrit à la télévision SIC un habitant qui est resté bloqué dans une salle de concert pendant une heure avec 800 autres personnes, «sans électricité et sans réseau téléphonique».

«J'ai passé une nuit horrible, avec un boucan énorme, des arbres arrachés dans le jardin et des tuiles qui ont volé partout», a témoigné à l'AFP Maria Graça, une habitante du village voisin de Guia.

A Mealhada, dans le district d'Aveiro (nord), la finale du championnat d'Europe féminin en hockey sur patins à roulettes entre le Portugal et l'Espagne a dû être interrompue à deux minutes de la fin, lorsqu'une partie de la couverture de l'enceinte sportive s'est envolée, provoquant la chute de débris sur la piste.

 

Rares précédents

La tempête a atteint l'extrême nord-est du Portugal dans la nuit et a continué de progresser vers l'Espagne avec moins d'intensité que prévu.

La ville frontalière de Zamora (ouest) a enregistré des rafales de 100 km/h et des chutes d'arbres ont provoqué des dégâts dans le réseau d'électricité affectant quelque 400 personnes dans la région.

L'Espagne venait d'être très durement touchée par de fortes précipitations à Majorque, où 12 personnes sont mortes dans des inondations mardi.

Au Portugal, les autorités avaient placé la plupart du pays en alerte rouge, recommandant à la population de s'éloigner des zones côtières et d'éviter de quitter son domicile.

Près d'une trentaine de vols ont été annulés au départ ou à l'arrivée de l'aéroport de Lisbonne et les pêcheurs qui se trouvaient en mer ont été appelés à rejoindre le port le plus proche.

Selon les registres météorologiques, Leslie menaçait alors d'être le plus puissant cyclone à atteindre le Portugal depuis 1842.

Au cours de ces 176 dernières années, seul l'ouragan Vince avait touché terre en péninsule ibérique, dans le sud de l'Espagne, en 2005.

En octobre 2017, les vents violents et la vague de chaleur amenés par l'ouragan Ophelia, passé au large du Portugal et de la région espagnole de Galice, avaient attisé des feux de forêt qui ont fait une quarantaine de morts.

Ophelia avait ensuite touché terre en Irlande sous forme de tempête post-tropicale, tuant trois personnes.

 

 

Source: 20 Minutes